Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Juste Les Mots !

  • : Juste les mots.. Maux
  • Juste les mots.. Maux
  • : Mots & Maux
  • Contact

www.lacourtisane.net1

Recherche ?

31 décembre 2003 3 31 /12 /décembre /2003 04:29

Dans la brume hivernale d'un matin d'Octobre, un battement lourd et indistinct résonnait dans la rue inanimée. Une silhouette frêle se déplaçait difficilement. Tenant un sac difforme à la main, elle essayait vainement de le coller à son corps, bravant le vent qui s'engouffrait dans cet ensemble, mais malheureusement, le battement reprenait de plus belle.  

Cette ombre étrange et lugubre s'approchait vers un bâtiment récent de plusieurs étages. Une enseigne encore allumée, clignotait. Elle refléta une lueur rougeâtre sur le visage qui s'était relevé, avec étonnement. Quelques secondes plus tard, en pénétrant dans le hall, un tintement de clés envahit l'endroit.

Soudain... un hurlement d'effroi... un cri inhumain à glacer le sang, retentit... un tremblement aigu monta dans l'aube maussade de ce malheureux matin d'Octobre !

 

 

 

De mauvaise humeur après un réveil en sursaut, ce qui n'était pas dans ses habitudes, Alf toussa dès sa première bouffée de cigarette.

- " Sale journée ! " pensa--t-il, le regard tourné vers la fenêtre de son pâle studio. Pourtant, la rue paraissait plus vivante que ces jours derniers. Sa curiosité prit le dessus, il s'extirpa de son vieux canapé, enroulé dans une couverture sans couleur. Ses yeux clairs et malicieux observaient la scène qui se déroulait devant lui, le nez écrasé contre la vitre embuée.

Une certaine faune banlieusarde, avide de faits et de divertissements s'agglutinait autour de plusieurs voitures banalisées près de ce bâtiment où la salle de billard venait d'être inaugurée. Un rictus déforma sa bouche, preuve qu'il sentait l'intrigue, une vieille habitude....

S'habillant promptement, il descendit quatre à quatre les marches de son immeuble. En poussant la porte cochère, le froid lui picota le visage, le rougissant encore plus. D'un pas nonchalant, Alf avançait vers un grand gaillard étriqué dans son uniforme bleu, qui lui dédiait un large sourire.

- " Alors, Alf... t'émerges ? ! " apostrophât-il avec l'accent chantant du sud.

Après quelques banalités coutumières, Alf requit les informations souhaitées.

 - " Résumons ... " songeait-il, en observant la fumée de sa cigarette s'envolant dans les premiers rayons du soleil. "... la femme de ménage arrive sur les lieux, s'aperçoit que l'enseigne est toujours allumée, que l'alarme est débranchée. En allant à son vestiaire, au fond de la salle près des billards français, elle trouve son patron, le gérant du club de billard gisant sur le sol, la tête qui baigne dans une mare de sang... Mouais... Bon, topo habituel...  la seule chose sûre, c'est un homicide... involontaire ou non ?

1) L'entourage du site : Zoé, la femme de ménage ; JM, le sous-directeur ; Carl, le portier ; Sam, la secrétaire ; Jacques, l'associé....

2) Suspects : ses employés, la famille, les clients, les concurrents, un mari,... il y a le choix !

3) Mobiles : Argent, amour et sexe ! Jalousie, intérêts, mésentente ?

4) Alibis : pour les alibis, à moi de jouer !

Je commencerais bien par Zoé, très sympathique cette brunette, j'ai dû la croiser deux ou trois fois, certaines aubes où mon cerveau se perdait dans un doux brouillard ! Allez, au boulot avec cette affaire qui va faire grand bruit dans notre petite ville si tranquille. " 

 

Une multitude de formes vivantes se dessinaient dans un faible rayon de soleil qui traversait la pièce ou plutôt le minuscule bureau de l'inspecteur Racota. Le calme y régnait, seul les cliquetis du clavier de l'ordinateur ponctuaient le temps dans un bureau adjacent.

Face à un petit bout de femme brune, Alphonse, surnommé Alf par son entourage, observait le visage de Zoé, légèrement bouffi par les larmes. Elle ne ressemblait en aucun cas à un meutrière, surtout émotionnellment parlant. Mais, le crime n'a pas de visage....

La carrière de l'inspecteur lui avait prouvé plus d'une fois qu'on ne peut se fier à un tendre visage, malheureusement des fois, il se cache derrière, une âme impure, dangeureuse peut-être fanatique voire calculatrice ou pire !

Il lui posa calmement des questions, elle y répond avec rapidité et fermeté, sans hésitation, même si sa voix était tremblante et que des larmes perlaient toujours sur ses joues.

Dans la pièce à côté, un nouveau venu dans le service Tom Lozzier, interrogeait Sam, la charmante secrétaire. Elle avait fini son service à 2 h du matin, JM et Carl étaient présents ainsi que les des derniers clients qui la suivirent jusqu'à la sortie. Elle avait rejoint son mari à 2h16, heure confirmée par celui-ci.

Le teint blafard et les yeux rougis par un courte nuit, Jm et Carl murmuraient bruyament, assis sur un banc face à une porte où l'on pouvait lire Inspecteur Alphonse Racota, Brigade criminelle.

 

 

 

Une odeur très agréable envahissait la couloir donnant au laboratoire, un individu vêtu uniquement de blanc sortit précipitament, bousculant Alf sur son passge.

- " Désolé... je ne t'avais pas vu... le chimiste, il n'arrête pas de faires des expériences... et franchement... malgré qu'il soit un petit génie, c'est pas  toujours le top, mais... mais, il a trouvé des indices pour ton dossier... il est sur ton beau bureau en plein air... alors que je suis enfermé au sos-sol avec un pyromane de 25 ans ! " toussa le médecin légiste.

Alf esquissa un sourire. Il n'avait pas besoin d'être un petit génie pour savoir que c'était un meutre et  quels étaient les indices !

 

L'affaire stagnait, les interrogatoires ne permettaient aucune conclusion. Pourtant, pendant quelques secondes le regard fuyant de la secrétaire à la sortie du bureau de Lozier émit un doute certain et un certain doute dans le cerveau d'Alf. Elle en savait certainement plus ou bien elle était une cachotière. Dans la société, c'est elle qui gérait le courrier, les comptes et sans doute plus ! Il décida de lui rendre visiter en fin de journée.

 

Résidant dans un gentil pavillon de banlieue, très fleuri, le mari de Sam  la secrétaire ouvrit la porte d'entrée sur un homme mal rasé avec des luntetes en écaille qui dépareillaient du physique pas engeagant d'Alf Racota. À cet instant, il ressemblait plus à un clochard qu'un inspecteur de la Brigade Criminelle, un air de famille avec Columbo ?

Les présentations faites, Sam en bonne hôtesse, proposa un apéritif, refus net de l'inspecteur avec un air de service dans les yeux. Elle s'excusa, mais était gauche et mal à l'aise, sa moitié mis cet état sur les évenements de la nuit. Mais Alf ne fût pas dupe, elle cachait quelque chose, à lui mais aussi à son mari. Une convocation dans son bureau s'imposait,elle et lui, eux seuls, les yeux dans les yeux, il lui arracherait osn secret. Et ... si c'était-elle la meutrière, il aurait résolu l'affaire la plus courte de sa carrière avec peut-être une promotion qui ferait du bien sur son compte bancaire.

 

À SUIVRE...-

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mr Scribe 31/07/2011 20:00


la suite... ????


Patrick P. 17/04/2011 16:09


Tu as vraiment un style particulier et très agréable à lire
Merci pour tes mots


Maux 14/06/2011 13:18



Merciiii